Ignorer la navigation

A. Généralités

I. Introduction

Energie primaire et énergie finale

Extrait de l’article “L’homme et l’énergie, des amants terribles”, dans le Magazine La Jaune et le Rouge.

La nature ne met pas à notre disposition, sous une forme prête à l’emploi, toutes les variétés d’énergies que nous utilisons au quotidien : aucun processus naturel ne permet à l’électricité de « sortir du mur » toute seule ; il n’existe pas de fontaine naturelle d’essence ou de butane, et seules les plantes savent exploiter directement l’énergie solaire pour en faire autre chose que de la chaleur. Les énergies que nous utilisons, et qui sont qualifiées de « finales », sont obtenues à partir des ressources disponibles dans la nature, qui sont qualifiées d’énergies « primaires ».

Ces dernières recouvrent les hydrocarbures bruts (charbons, pétroles, gaz naturel), la biomasse, les noyaux fissiles ou fertiles (essentiellement uranium 235 et 238, et thorium 232), les noyaux fusibles ou susceptibles d’en produire (deutérium et lithium), la force mécanique des éléments (vent, eau, etc), le rayonnement électromagnétique du soleil, et la radioactivité naturelle de la planète (qui alimente l’énergie géothermique).

 

II. Bilan énergétique de la France en 2019 : lecture du diagramme de Sankey

Exercice : Pour apprendre à lire ce diagramme :

a. Compléter le texte d’analyse en incluant les chiffres clés

Ce diagramme de Sankey, représenté ci-après, illustre qu’en 2019 la France a mobilisé une ressource primaire de 258,1 Mtep pour satisfaire une consommation de 152,2 Mtep.

La différence est constituée des pertes et usages internes du système énergétique (93,3 Mtep au total), des exportations nettes d’électricité (5,0 Mtep) et des soutes aériennes et maritimes internationales exclues par convention de la consommation finale (7,7 Mtep).

Dans les statistiques énergétiques, les soutes maritimes et les soutes aériennes (bunkers selon la terminologie anglaise) sont les consommations d'énergie des navires et des avions. Les soutes internationales sont les consommations des navires et avions assurant des liaisons internationales.

Le diagramme illustre aussi les flux des différentes formes d’énergie transformées en électricité et/ou chaleur commercialisée (par exemple, 5,6 Mtep de gaz naturel ont été transformées en électricité)

b. A partir des chiffres donnés dans le diagramme, compléter les diagrammes circulaires avec les %